Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un blog pour que nos enfants, notre famille et nos amis puissent nous suivre lors de nos navigations

06 Jul

De la belle Lesbos à la Mythique Ikaria

Publié par Philippe Bourachot

Notre agréable escale de Skala Loutra c'est poursuivie très agréablement puisque après avoir accueilli notre équipage des quinze prochain jours, Agnès et Olivier, nous avons prolongé notre séjour d'une journée afin de laisser le Meltem se calmer et la mer s’apaiser pour ne pas malmener l'estomac des terriens. Nous en avons profité pour passer une bonne soirée à la Taverna de la sympathique ........... et nous régaler avec d'exceptionnels anchois marinés, poulpe grillé calamars frits purée de fève à l'huile d'olive et aux petits oignons, le tout pour 12€ par personne vin compris... 

Skala Loutra vue depuis la chapelle
Skala Loutra vue depuis la chapelle

Skala Loutra vue depuis la chapelle

Deux juillet aux aurores (8h) nous quittons Lesbos après huit jours d'escale, une au Nord l'autre au Sud, cap sur le port de Mandraki sur la petite île de Oïnoussa, étape agréable avec un bon vent portant de 15 nœuds qui se renforcera à 25 dans le goulet entre Oïnoussa et Chios. Le port est très sympathique, très peu de bateaux, six en tout, nous retrouvons le petit trimaran ........................... pour un apéritif des plus agréables et le soir une grosse dorade à la plancha. Quel régal. Nous n'aurons pas beaucoup de temps pour visiter cette petite île, juste une petite ballade de nuit dans les rues escarpées. Nous reviendrons, en fait nous disons cela chaque fois que nous quittons une île, mais c'est la météo qui commande et mon but de cette année c'est la réputée inaccessible Ikaria dont j'ai rêvé tout l'hiver et il y a un créneau que je ne veux pas manquer.  

Mandraki sur Oïnoussa
Mandraki sur Oïnoussa

Mandraki sur Oïnoussa

3 juillet, partis le matin de Mandraki nous atteignons l'île de Fournoï en fin d'après midi, les parages n'ont pas bonne réputation, Ikaria et Fournoï sont très exposées au Meltem qui ici se renforce considérablement en raison de l'altitude qui crée des vents catabatiques qui dévalent violemment des  sommets. En plus il n'y a pas beaucoup de places sures pour mouiller, mais du coup très peu de bateaux font escale dans les parages. Nous avons choisi de mouiller dans Ormos Kampi, c'est superbe et superbement tranquille puisque seuls 2 autres bateaux ont choisi de faire escale sur cette île. Le mouillage est d'ailleurs  difficile puisque c'est très profond, 30m à moins de 50m du rivage, en plus c'est encombré de corps morts pour les barques locales. Après avoir tourné longtemps, en désespoir de cause nous avons mouillé et avons amarré notre arrière au quai du petit ferry. Parfois il faut oser, d'autant que renseignement pris, le ferry ne revient pas avant trois jours, nous pourrons donc passer une nuit tranquille. Par contre il y a tellement peu de monde ici qu'il n'y a pas de taverna ouverte. Il nous faudra donc faire 2km à pied pour escalader la colline et descendre de l'autre côté vers le village de Fournoï légèrement plus animé. Le retour nocturne à favorisé la digestion.

Fournoï Ormos Kampi
Fournoï Ormos Kampi
Fournoï Ormos Kampi
Fournoï Ormos Kampi
Fournoï Ormos Kampi
Fournoï Ormos Kampi

Fournoï Ormos Kampi

4 juillet 2019. C'est le grand jour, ce matin le vent à fraîchi, mais c'est aujourd'hui qu'une petite accalmie est prévue. Elle sera relative puisque nous aurons 28 nœuds de vent, mais seulement 10 milles à parcourir. La difficulté c'est que nous ne savons pas ou nous pourrons nous abriter. Le guide Imray fait une description peu engageante du port de Agios Kirikos, fonds de mauvaise tenue, port encombré de corps morts, peu de place, vent violant dévalant des pentes, pas étonnant que peu de bateaux fassent escale ici. Il y a semble t'il une petite marina, ouverte récemment, mais peu d'infos disponibles même sur le site Navily, aucune photo une position erronée puisque la marina y est positionnée dans le vieux port. Par chance le vent se calme et tombe à moins de 10 nœuds ce qui nous permettra de découvrir la minuscule entrée de la minuscule marina là ou on ne l'attendait pas... En fait à tribord du port à coté d'un gros rocher. Un conseil ne pas rentrer ici par 20 nœuds de vent car dedans dificile de faire un demi tour sans propulseur. Pas plus de 10 places disponibles et long side parce que le port est si étroit que même avec des pendilles impossible d'amarrer les bateaux face à face. Pour le reste c'est tout neuf, tellement que les bornes électriques ne sont pas encore sous tension et que le bureau du port n'a pas de préposé: donc c'est gratuit. Moyennement abrité du vent avec des rafales à 30 nœuds et un petit clapot, mais ont est en sécurité. 

Marina d'Ikaria

Marina d'Ikaria

Deux jours que nous sommes sur Ikaria, hier nous avons loué une voiture pour faire le tour de l'île. le vent soufflait en rafales sur la côte sous le vent alors qu'il était faible sur la côte au vent, ce qui illustre bien l'importance du relief qui accélère les rafales. Cette île constitue face au vent un véritable rempart d'un peu moins de 40km de long sur 2,5km de large avec une altitude quasi constante de 1000m. la bande côtière est accessible sur la partie Nord, alors qu'au Sud à part le port de Agios Kirikos et Thermia la côte est quasiment inaccessible sauf en bateau. La route est vertigineuse. La côte sud Est est très boisée et il est surprenant de voir des maisons avec une couverture en lauze. Agios Kirikos avec ses 10 places et le seul port fréquentable par un voilier. Le port d'Evdhilos au nord est soumis à la houle, il n'y avait aucun plaisancier amarré. Je suis donc très satisfait d'avoir pu visiter ce paradis puisque s'en est bien un. C'est sur cette île que l'on rencontre le plus de centenaires d'Europe. Facile à comprendre, elle est isolée, peuplée de 8000 habitants qui vivent sainement de leurs légumes, de l'huile d'olive de leur vin et qui gravissent toute leur vie des chemins ou des routes pentus, c'est bon pour le cœur. 

Ce relief accidenté et vertigineux explique le nom de l’île, puisque selon la mythologie c'est de son sommet qu'Icare ce serait élancé vers le soleil. Pour ma part je ne pense pas que ce soit le soleil qui lui ait brûlé les ailes, mais plutôt une de ces rafales de Meltem qui l'aura précipité à la mer...

Ikaria
Ikaria
Ikaria
Ikaria
Ikaria
Ikaria
Ikaria
Ikaria
Ikaria
Ikaria
Ikaria
Ikaria
Ikaria
Ikaria
Ikaria
Ikaria
Ikaria
Ikaria
Ikaria

Ikaria

Commenter cet article
I
Beau résumé d'Ikaria où nous avons également de très beaux souvenirs "ventés".
Répondre

À propos

Un blog pour que nos enfants, notre famille et nos amis puissent nous suivre lors de nos navigations