Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un blog pour que nos enfants, notre famille et nos amis puissent nous suivre lors de nos navigations

18 Sep

ENFIN UNE FENETRE METEO

Publié par Philippe Bourachot

8 et 9 septembre 2021

Chaque matin avant le petit déjeuner c’est le rite immuable des consultations de bulletin météo sur Weather 4d. D’abord les fichiers « Arpège » qui sont les plus précis avec une maille très fine de 0,1° x 0,1° pour une période de 96 heures. Les prévisions sont remarquablement précises pratiquement à l’heure près et se révèlent toujours parfaitement exacte. Puis pour le moyen terme les fichiers GFS avec une maille beaucoup moins fine de 0,5°x0,5° mais sur une période de 16 jours, ce qui permet d’appréhender l’évolution probable en sachant que des évolutions sont possibles.

En attendant promenade jusqu'à la citadelle de Chios

Au matin du 9 septembre  les fichiers « Arpège » prévoient enfin une fenêtre météo pour la journée du 11 avec un vent de 20 à 25 nœuds sur une route du sud de Chios au sud de l’Ile d’Eubée, ont peut imaginer que la mer ne sera pas encore apaisée, mais comme le vent sera plus faible au nord de Psara, la mer ne devrait pas être trop dure. Alors c’est décidé demain nous quitterons le port pour aller nous positionner au sud de Chios dans le mouillage d’Ormos Angélia que nous avions trouvé lors de notre précédent passage et qui nous avait laissé un bon souvenir d’abri bien protégé sur sable.

Aujourd’hui vérification du gréement, bonne initiative puisque j’ai trouvé deux manilles complètement desserrées. Donc clé à la main on resserre partout…

La citadelle de Chios les bains Turcs et toujours le port
La citadelle de Chios les bains Turcs et toujours le port
La citadelle de Chios les bains Turcs et toujours le port
La citadelle de Chios les bains Turcs et toujours le port
La citadelle de Chios les bains Turcs et toujours le port
La citadelle de Chios les bains Turcs et toujours le port

La citadelle de Chios les bains Turcs et toujours le port

10 septembre

Départ à 9h pour 24 milles le long de la côte Est de Chios, il nous faut arriver avant 14 heures puisqu’à partir de cette heure il est prévu une remontée du vent avec rafales à 28 nœuds qui plus est dans notre nez en virant le cap sud en direction de l’Ouest puisque comme chacun le sait les iles font obstacle au vent qui les contourne et on se retrouve fréquemment du vent portant au vent debout au passage d’un cap. Nous arrivons au mouillage d'ormos Angelia avant le renforcement du vent et comme prévu nous sommes seuls à avoir tenté l’aventure. Bien ancrés dans le sable avec 60m de chaine nous passerons une soirée et une nuit tranquilles, une veillée d’arme en quelque sorte.

Ormos Angelia la cabane du pécheur
Ormos Angelia la cabane du pécheur
Ormos Angelia la cabane du pécheur

Ormos Angelia la cabane du pécheur

Samedi 11 septembre.

Même si cette date résonne lugubrement nous abordons notre traversée confiants. Dans notre bateau bien sûr mais également dans nos capacités à affronter des navigations difficiles sur une période assez longue, l’équipage est bien rodé. A 6h du matin il fait encore nuit quand nous relevons l’ancre et hissons la toile, Grand voile à 1 ris et génois déroulé par 15/18 nœuds de vent mer assez calme.

Dès que nous nous éloignons de Chios le vent monte à 22 Nœuds et la mer se forme, nous filons à plus de 9 nœuds, pointes à 10 c’est assez impressionnant avec cette mer de travers et bientôt je décide qu’il faut calmer le jeu  économiser l’équipage, nous avons 76 milles à faire et nous prévoyons 10 heures de mer. Nous rentrons le génois et déroulons la trinquette et une fois de plus nous nous félicitons de cet investissement, le bateau se redresse et navigue maintenant plus à plat et la vitesse reste la même mais nous n’avons plus à craindre un départ au lof dans une survente.

La mer reste assez forte pendant la première moitié du parcours puis s’apaise un peu alors que le vent reste sensiblement le même. En arrivant dans la passe entre Eubée et Andros il faut se faufiler au milieu du trafic des nombreux cargos qui descendent des Dardanelles. A 15h 30 nous nous amarrons dans le port de Karistos après 9h30 de mer en ayant parcouru 76 milles à une moyenne élevée de 8 nœuds. Grosse fatigue quand même mais une grande satisfaction d’avoir réussi à échapper au Meltem. A partir de maintenant même si le vent souffle fort nous sommes à l’abri des grosses mers. Une heure plus tard les pleins d’eau de de Gasoil sont refait le bateau est rincé, il ne reste qu’à se reposer.

De Chios à Karistos
De Chios à Karistos
De Chios à Karistos
De Chios à Karistos

De Chios à Karistos

Dimanche 12 septembre.

Il nous reste 3 jours avant de récupérer notre équipage à Poros et nous avons besoin d’une journée pour refaire la cambuse et faire laver le linge. Nous quittons Karistos avec un vent bizarre, qui tourne de 180° en fonction du relief, puis la traversée du canal d’Eubée devient plus sportive avec 25 à 28 nœuds et une mer hachée qui se calme à partir du cap Sounion. Je peste encore aujourd’hui contre les flottes de location qui telles un flux ininterrompu répandent sur la mer des dizaines de bateau qui se précipitent au moteur bien entendu pour être les premiers arrivés au mouillage. Ceux qui arrivent au cap Sounion vont devoir se battre pour les places puisque déjà   une quantité invraisemblable de mats se dandinent dans un mouillage qui d’ordinaire ne reçoit guère plus que cinq bateaux à la fois.

Le pire reste à venir puisque nous qui fonçons à 8 nœuds au portant tribord amure, nous devrons par trois fois nous dérouter pour éviter les bateaux qui arrivent au moteur face à nous alors que nous sommes doublement prioritaires.

Je ne comprends pas que les loueurs confient des bateaux à des gens aussi incompétents et même dangereux. Le minimum serait déjà de leur inculquer les règles de priorité sans compter les règles de courtoisie dans les mouillages et les ports. Nous sommes dimanche et les « touristes » ont fait leur chèque pour prendre possession de leur bateau hier soir et maintenant la meute se dirige à fond au moteur, (pas question de hisser les voiles puisqu’il y a du vent,) vers les mouillages qui figurent sur leurs documents : Cap Sounion et Kéa.

Même notre mouillage prévu pour ce soir est envahi et pour moi pas questions d’aller piocher mon ancre au milieu de ces fous furieux surtout par 25 Nœuds de vent car les dérapages de mouillage et les collisions sont au programme. Il est tard et nous trouvons un abri bien relatif, le vent se fait moins sentir mais la houle nous chahutera toute la nuit…

Arrivée sur le cap Sounion nous croisons notre route aller
Arrivée sur le cap Sounion nous croisons notre route aller
Arrivée sur le cap Sounion nous croisons notre route aller
Arrivée sur le cap Sounion nous croisons notre route aller

Arrivée sur le cap Sounion nous croisons notre route aller

Lundi 13 septembre

Belle navigation toujours au portant par 20/22 nœuds de vent qui nous porte rapidement vers Poros. J’avais oublié que c’est aussi une destination des touristes maritimes et aujourd’hui les accostages par plus de 20 nœuds sont parfois hasardeux. Pour nous pas de problème nous posons l’ancre et 70m de chaine dans 3m de fond, arrière au quai, pas de problème le vent peut souffler nous ne bougerons pas. Ce que je n’avais pas anticipé c’est qu’il y a un ponton à 90° du notre ou normalement les bateaux s’amarrent long side, mais aujourd’hui cela ne pose aucun problème aux touristes de poser leur ancre  sur celles des bateaux amarrés au quai principal. Pour nous pas de problème nous sommes suffisamment éloignés, mais pour d’autres les relevages d’ancres risquent d’être intéressants.

Mardi 14 septembre.

Le linge est livré lavé plié, la cambuse est remplie, Arlette et Jo arrivent en provenance d’Athènes, nous allons dés demain attaquer notre route retour

Départ au petit matin vers Poros
Départ au petit matin vers Poros

Départ au petit matin vers Poros

Commenter cet article

À propos

Un blog pour que nos enfants, notre famille et nos amis puissent nous suivre lors de nos navigations