Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un blog pour que nos enfants, notre famille et nos amis puissent nous suivre lors de nos navigations

30 Jul

Du vent toujours du vent, trop de vent...

Publié par Philippe Bourachot

Jeudi 7 juillet 2022

Vent très fort toute la journée, nous restons au port, notre voisin de gauche lève l’ancre sans encombre pour nous; il est très vite remplacé par une autre vedette dont le capitaine mouille avec dextérité, il nous informe qu’il restera trois jours, tant mieux nous n’aurons plus de risque de voir notre chaine emmêlée. Je dois réparer mes chariots de coulisseau de grand voile, une vis avait sauté, les autres sont toutes desserrées, j’ai des doutes sur la qualité du matériel monté lors du remplacement de ma grand voile. En soirée promenade dans les rues bruyantes bondées de touristes, certaines rues sont même réservées à la fête et les jeunes gens se réunissent en grappes au son des boums boums d’une musique que nos oreilles peinent à supporter. Heureusement on trouve d’autres rues plus calmes.

Kos
Kos
Kos
Kos
Kos

Kos

Vendredi 8 juillet 2022

Toujours coincés au port par le vent fort. Le matin c’est spectacle dans le port quand les bateaux de promenade et les grands yachts sortent, les chaines sont systématiquement croisées, les ancres emmêlées, il leur faut manœuvrer à grand coup de propulseur et parfois le spectacle dure plus d’une heure. Apparemment tout le monde prend cela avec calme, c’est le fonctionnement normal de ce port. Balade dans la ville très animée des flots de touristes de toute origine débarquent ici. l’île elle-même ne présente pas grand intérêt mais la ville présente plusieurs sites à visiter. La forteresse située sur le port a été fondé par les chevaliers de Saint Jean de Jérusalem a partir du 14eme siècle, elle est ensuite tombée entre les mains des Otomans. C’est une construction immense et colossale, les murs sont constitués de gros blocs de pierre et de tronçons de colonnes et de chapiteaux récupérés sur des temples et monuments antiques. C’est un musée lapidaire à ciel ouvert ou toutes les époques et religions ont laissé des témoignages. Tout près de la citadelle, l’arbre d’Hippocrate . La ville réserve d’autres découvertes archéologiques, mais il ne faut pas chercher de monument antique bien préservé car ici les tremblements de terre sont fréquents.

Foteresse de Kos
Foteresse de Kos
Foteresse de Kos
Foteresse de Kos
Foteresse de Kos

Foteresse de Kos

Samedi 9 juillet 2022

La météo nous laisse un répit de quelques heures, nous avons définitivement abandonné l’idée de descendre plus au sud puisque les prévisions à moyen terme font toujours état de ce flux de Nord fort. Dés huit heures du matin nous quittons le port de Kos, Bellisa nous suit, nous avons décidé de monter nous abriter dans la baie de Laki à l’Ouest de l’île de Leros, Michel et Isabelle ont décidé d’y rester jusqu’à leur date de sortie d’eau, pour notre part  nous espérons pouvoir remonter vers Samos puisqu’il nous reste plus de deux semaines de navigation. L’accalmie prévue ne durera même pas le temps de cette courte navigation. Nous longeons la côte Est de Kalymnos, dés que nous sommes dans le détroit entre les deux îles le vent et la houle nous cueillent.

Pas de place au quai de Laki ou nous espérions nous amarrer puisque la météo prévoit des rafales à plus de 35 nœuds pour les cinq jours à venir. Nous mouillons l’ancre pas réjouis à l’idée de passer les jours suivants confinés à bord pour surveiller le mouillage. Bien que le port affiche complet je décide néanmoins de tenter ma chance en envoyant une demande par mail au bureau du port. Bonne idée, deux bateaux qui avaient réservé ne sont pas venu, nous avons de la place au moins pour 24 heures pour les deux bateaux. Nous commençons vraiment à saturer, le hurlement du vent, les drisses qui sifflent, l’incertitude sur les abris, il faut prendre une décision. En mer prévoir est essentiel pour la sécurité du bateau et de l’équipage. Nous sommes le 9 juillet et la première petite amélioration météo est pour le 15, elle ne durera que quelques heures avant un nouveau renforcement du vent. Première initiative je trouve une place à Leros Marina et réserve pour 5 jours, c’est plus cher qu’ailleurs, 50€ par jour mais nous serons en sécurité et pourrons descendre à terre.

Deuxième décision, nous allons écourter notre croisière, inutile d’insister puisqu’au plus loin que l’on puisse voir le vent ne faiblira pas et nous allons rentrer dans la période annuelle du Meltem fort. Il vaut mieux capituler. J’écris à Artémis Boat Yard et leur demande une sortie d’eau anticipée au 15 juillet. Isabelle leur demande la même chose et ils acceptent.

Du vent toujours du vent, trop de vent...
Du vent toujours du vent, trop de vent...
Du vent toujours du vent, trop de vent...

10 au 14 juillet 2021

Les bateaux sont bien amarrés, le vent continue de hurler dans les matures, nous avons pu louer une voiture et nous nous promenons sur l’île. Leros n’est pas une grande île, 53km² et un peu moins de 8000 habitants, ce qui est remarquable c’est que l’on trouve tout ici, de belles boutiques, des magasins d’électroménager de meubles de décoration une boutique spécialisée dans le thé et le café et de bonnes tavernas. Un beau château au sommet le plus haut, des moulins et la mer avec côté calme et côté agité, mais ce vent omniprésent qui nous fatigue. Heureusement nous passons de bons moments avec les amis de Bellisa et des soirées qui débutent invariablement par les deux verres d'Ouzo pour les capitaines  et "aspro Krasi" (vin blanc pour les seconds). Je n’oublie pas de sortir le Grand Pavois le 14 juillet, c’est l’une des règles de l’étiquette navale que je tiens à respecter.

Leros
Leros
Leros
Leros
Leros
Leros
Leros
Leros
Leros
Leros

Leros

14 juillet grand pavois
14 juillet grand pavois
14 juillet grand pavois

14 juillet grand pavois

15 juillet 2022

Le vent qui devait se calmer à soufflé toute la nuit, je n’ai donc pas bien dormi puisque nous avons 10 Milles à faire soit 2heures de mer face au vent, la question qui me taraude c’est de savoir quel sera l’état de la mer et surtout si arrivé devant le chantier celle-ci sera suffisamment calme pour pouvoir sortir les bateaux. Nous quittons la marina à huit heures et dés que nous sortons de la baie de Laki nous sommes cueillis par un vent frais de 20 à 28 nœuds dans le nez, une mer forte qui nous secoue et rince le bateau. Heureusement dés que nous franchissons le cap NW de Leros nous sommes abrités par l’Ile Archangelos  et le vent s’apaise et la mer devient totalement calme devant le chantier. Nous prenons un corps mort puisqu’il faut dérouler les voiles d’avant et les affaler avant que l’on nous sorte de l’eau. La manœuvre commence mais j’ai beau peser de tout mon poids le génois ne veut pas descendre, j’essaie de gréer une poulie sur l’œillet du bas et de tirer, il ne descend pas de plus d’un mètre. Moment de stress en espérant que nous arriverons à le remonter pour le réenrouler car pas question de sortir le bateau avec une voile déroulée, le bateau risquerai d’être couché si le vent prend dedans.  Finalement tout se passe bien, nous avançons le bateau jusque devant le plan incliné et laissons le personnel du chantier effectuer la manœuvre qui consiste à le maintenir immobilisé entre quatre amarres puis à glisser l’engin de levage en dessous. Dés que le bateau est calé un puissant treuil aide l’engin à remonter la pente et bientôt le bateau est solidement étayé sur le chantier. Enfin on peut se relaxer il ne reste plus qu’a tout ranger nettoyer et préparer le bateau à son mois de repos.

Sortie d'eau chez Artemis Boatyard et dinner à Panteli
Sortie d'eau chez Artemis Boatyard et dinner à Panteli
Sortie d'eau chez Artemis Boatyard et dinner à Panteli
Sortie d'eau chez Artemis Boatyard et dinner à Panteli
Sortie d'eau chez Artemis Boatyard et dinner à Panteli
Sortie d'eau chez Artemis Boatyard et dinner à Panteli
Sortie d'eau chez Artemis Boatyard et dinner à Panteli

Sortie d'eau chez Artemis Boatyard et dinner à Panteli

16, 17, 18 et 19 juillet 2021

Nous rangeons, rinçons, plions et préparons nos sacs, 40 kg au total dont 25 kg de bois d’épave, derniers Ouzos avec les amis, dernière Taverna et le dimanche soir nous embarquons sur le ferry pour Athènes. Cabine confortable mais nuit un peu perturbée par les vibrations du navire qui lutte contre la mer. 18 juillet à 8heures nous débarquons au Pirée et un taxi nous dépose à l’hôtel Myrto à Mati pour une journée de repos autour de la piscine. A notre atterrissage à Toulouse la galère commence. Il faut attendre plus de 10 minutes dans l’avion pour que les rampes de débarquement veuillent bien nous laisser débarquer. Navette pour la gare SNCF, je suis surpris de constater que le chauffeur ne parle pas un mot d’Anglais, il est incapable de renseigner des touristes étrangers. Stupéfiant pour un aéroport international ! surtout quand l’on vient de Grèce ou même les personnes âgées s’évertuent à parler Anglais. La galère continue quand nous atteignons la gare Matabiau, les annonces de retard de notre train se succèdent, problème de matériel du à la chaleur, lorsque le retard annoncé dépasse une heure, je trouve un autre train qui lui n’a pas de retard, impossible d’échanger les billets je dois repayer. Nous partons à l’heure mais dés le premier arrêt le train est bloqué pour les mêmes raisons, finalement nous arriverons à Carcassonne à 20h30. Etonnant que en 2022 on ne soit pas capable de faire rouler des trains quand il fait chaud !!!   

Heureusement le chef nous a réservé une parillada…

Bye bye Leros nous reviendrons en septembre
Bye bye Leros nous reviendrons en septembre
Bye bye Leros nous reviendrons en septembre
Bye bye Leros nous reviendrons en septembre

Bye bye Leros nous reviendrons en septembre

Commenter cet article

À propos

Un blog pour que nos enfants, notre famille et nos amis puissent nous suivre lors de nos navigations