Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un blog pour que nos enfants, notre famille et nos amis puissent nous suivre lors de nos navigations

13 Sep

Retour en mer Egée

Publié par Philippe Bourachot

31 aout 2022

Retour à Leros à 8h du matin par le petit avion qui assure la liaison depuis Athènes, comme prévu Irena nous attend à l’aéroport avec la voiture que nous avions réservé, nous retrouvons le bateau couvert de poussière, la mise à l’eau n’est prévue que pour le 3 dans la matinée, nous avons donc le temps pour nettoyer, reposer bimini et capote et faire le plein de la cambuse. A midi nous nous offrons une pause dans la baie de Plakouti, baignade dans une eau à 28° repas à la taverna avec premier Ouzo pour fêter le retour. Notre repas est un peu agité puisque tout a coup nous sentons une vibration qui devient secousse sous nos chaises, aucun doute c’est un séisme avec réplique quelques minutes plus tard. Ici rien de grave d’ailleurs les Grecs ne semblent nullement perturbés. Nous apprendrons le lendemain que ce l’épicentre était en mer au Sud de Samos à 40km au Nord de notre position, magnitude 5,2 pas de gros dégâts, pas de victimes. C’est la seconde fois que nous ressentons un séisme depuis que nous venons en Grèce. Le précédent à Kos en 2017 avait été beaucoup plus violent et fait des victimes…

Retour en mer Egée
Retour en mer Egée

Samedi 3 septembre 2022 à 9h précise l’engin soulève YEMAYA et le dépose dans la mer Egée, dés le matin le calme plat nous avait permit de remettre nos voiles d’avant à poste. J’avais réservé une place de port à Lakki marina et nous voila bien amarré pour laisser passer le premier coup de vent du mois de septembre qui va nous clouer au port jusqu’au 7 au moins.

Nous prenons cela avec philosophie d’abord cela permettra au tapissier à qui nous avions commandé nos protections solaires de bimini de venir faire les patrons et de réaliser le travail avant le 7, et puis surtout l’équipage de BELLISA débarque ce soir par l’avion d’Athènes et nous aurons le plaisir de recommencer nos promenades apéros et repas avec Isabelle et Michel.

Mise à l'eau de YEMAYA
Mise à l'eau de YEMAYA
Mise à l'eau de YEMAYA

Mise à l'eau de YEMAYA

Lundi 5 septembre 2022.

Aujourd’hui le Meltem se déchaine encore plus que les jours précédents, espérons que c’est « son chant du cygne » (Socrate).

Cet après midi nous partons en exploration avec Isabelle et Michel pour essayer de trouver le site de Terra Amata situé sur les collines au Sud de Leros. En juillet nous n’avions pas trouvé ce site, escalader les chemins empierrés au soleil de juillet nous avait rebuté. Cette fois nous trouvons enfin comment atteindre ce lieu improbable, il faut gravir un mauvais chemin au milieu des pierres, buissons rabougris et des chèvres curieuses en plein soleil pour déboucher sur un bâtiment d’une vingtaine de mètre de long avec quelques colonnes en béton en façade.  D’après les maigres renseignements que j’ai pu recueillir, cet édifice aurait été bâti par les troupes d’occupation italienne à partir de 1912 à la suite de la guerre Italo-Turque. L’ile est resté entre les mains des Italiens jusqu’en 1943  date à laquelle les Allemands l’envahissent. Pourquoi ce nom de « terra amata » qui en Italien signifie « Terre bien aimée » ? question sans réponse, mais les trésors sont à l’intérieur de ce bâtiment délabré, les murs sont couverts de peintures, deux artistes l’un Italien l’autre Allemand se sont exprimés chacun selon son registre. L’un très classique à peint des copies de tableaux de Bruegel l’ancien, et même sous l’effet des intempéries les couleurs sont un peu passées, deux sont encore en très bon état et les reproductions sont au détail près rigoureusement identiques aux originaux. Dans une autre pièce, seules subsistent des taches de couleur, le bâtiment à servi de bergerie et les déjections des chèvres ont altérés les peintures. Dans d’autres pièces, l’autre artiste, lui Allemand c’est certain à peint dans un style caricatural des scènes de sa vie de soldat avec des traits extrêmement précis, des jeunes femmes aux formes attrayantes qui doivent s’expliquer par la frustration de se trouver en garnison sur ce rocher.

Ce site est exceptionnel il est vraiment dommage qu’il soit ouvert aux intempéries même si le toit est encore étanche, dommage que la municipalité de Leros n’ait pas conscience de l’intérêt artistique de ce site, même si ainsi la découverte, qui se mérite, est une divine surprise. L’information sur ce lieu circule entre marin et ceux qui cherchent trouvent… 

Terra Amata
Terra Amata
Terra Amata
Terra Amata
Terra Amata
Terra Amata
Terra Amata
Terra Amata
Terra Amata
Terra Amata
Terra Amata
Terra Amata
Terra Amata
Terra Amata
Terra Amata

Terra Amata

Mardi 6 et mercredi 7 septembre

Nous restons sagement amarrés en attendant la fin du coup de vent prévue pour jeudi, en attendant il souffle fort. Sifounios fait les dernières retouches sur nos protections solaires, beau travail pour un tarif inferieur de 50% à la France et un délai de réalisation record, du coup je lui demande un devis pour refaire mon génois, (voile d’avant) qui se délamine, il pourra me le réaliser cet hiver.

Ouzo sur nos bateaux et Resto à Pantelli
Ouzo sur nos bateaux et Resto à Pantelli
Ouzo sur nos bateaux et Resto à Pantelli
Ouzo sur nos bateaux et Resto à Pantelli

Ouzo sur nos bateaux et Resto à Pantelli

Jeudi 8 septembre 2021,

Enfin nous larguons les amarres, comme tous nos voisins, nous allons remonter jusqu’à l’Ormos Kouloura petite baie au sud de l’Ile de Liepsoi ou nous rejoindrons Isabelle et Michel qui ont été mis à l’eau hier au nord de Leros. Dés la sortie de la baie le vent du Nord nous cueille 18 à 25 nœuds, mais en adoptant la toile du temps, Grand voile à 1 ris et trinquette nous tirons des bords au pré serré sans effort, bateau bien calé sur son bouchain, vitesse 7 à 8 nœuds un grand régal que nous n’avions pas connu depuis longtemps. En quatre bords nous atteignons notre mouillage ou Bellisa se prélasse déjà sur l’eau turquoise de la baie. Joli mouillage, eau à 27° décor de carte postale. Le soir coup de téléphone, le bateau mouillé juste dernière nous c’est Edith et Denis dont nous avions fait la connaissance en juin à Patmos. Les trois équipages se retrouvent sur YEMAYA pour l’apéro.

Mouillage à Kouloura sur Leipsoi
Mouillage à Kouloura sur Leipsoi
Mouillage à Kouloura sur Leipsoi
Mouillage à Kouloura sur Leipsoi
Mouillage à Kouloura sur Leipsoi

Mouillage à Kouloura sur Leipsoi

Vendredi 9 septembre

Cette fois c’est le grand calme, on est si bien que nous décidons de rester ici aujourd’hui pour une balade à pied sur l’île. Le village et le port ne sont qu’a 2,5Km, mais que ça monte, sous le soleil qui tape dur. Paysages étonnant puisque de la plage nous ne voyions qu’une végétation chétive et des cailloux, mais dés le premier raidillon franchi nous découvrons des vignes desquelles émergent les clochers bleus des églises et chapelles innombrables, il doit y en avoir une par famille. La petite ville au bord du port est charmante, la boulangerie odorante avec son tas de bois devant la porte. Au retour nous nous arrêtons devant une maison qui affiche la vente de vin local et de fruits. Dégustation du vin de sa production sans doute proche des vins antiques, très sucré teinte incertaine entre le rose et le brun, le gout ressemble à une vendange tardive. Nous achetons 2 bouteilles à 10€ 1kg de figues bien mures à 1€ et il va nous couper du raisin de sa vigne en cadeau. C’est la Grèce.

Retour en mer Egée
Retour en mer Egée
Retour en mer Egée
Retour en mer Egée
Retour en mer Egée
Retour en mer Egée
Retour en mer Egée
Retour en mer Egée
Retour en mer Egée
Retour en mer Egée
Retour en mer Egée
Retour en mer Egée
Retour en mer Egée
Retour en mer Egée
Retour en mer Egée

Samedi 10 septembre

Nous sautons du lit à 9h30, BELLISA est déjà parti, pas de vent ; ou trop ou pas assez notre Méditerranée est une capricieuse. Nous parcourons en 2h les 10 milles qui nous séparent de l’Ile de Maratos, troisième visite de la saison mais nous avions dinné dans deux tavernas il nous restait la troisième à découvrir. Calme plat baignade promenade à terre entre les cailloux et les chèvres.

Anniversaire de notre petite Fanny 6ans déjà.

Retour en mer Egée
Retour en mer Egée
Retour en mer Egée
Retour en mer Egée
Retour en mer Egée
Retour en mer Egée
Retour en mer Egée
Retour en mer Egée

Dimanche 11 septembre

Nous avons décidé de partir vers Angathonisi, les prévisions météo à long terme ne nous permettent pas de nous écarter de l’extrême Est du Dodécanèse et nous avons opté pour Samos pour récupérer Jo et Arlette qui viennent nous rejoindre pour 2 semaines. Angathonisi est à mi-chemin et même si nous y avions mouillé en juillet cette petite île est à l’écart des routes de croisière des bateaux de location et donc très calme et puis Isabelle et Michel ne la connaissent pas. Nos deux bateaux arrivent à se caser, Bellisa au quai du petit port, Yemaya dans une petite anse devant une plage.

Le soir nous escaladons, terme à peine exagéré, la pente qui mène à MégaloChorio village principal de quelques maisons blanches, sans grand intérêt si ce n’est la vue sur le port et la mer. Diner à la taverna Georges ni meilleure ni pire que les autres.

Angathonisi
Angathonisi
Angathonisi
Angathonisi
Angathonisi
Angathonisi

Angathonisi

Lundi 12 septembre

Après une nuit paisible au mouillage nous sortons de notre nid pour contourner l’Ile par l’Est et comprendre enfin de quoi vivent la centaine d’habitants permanents. En effet une très grosse ferme marine occupe une baie à l’Est et elle semble déborder d’activité si l’on en croit le nombre de camions frigo en attente de chargement. On comprend mieux aussi pourquoi le ferry débarque et embarque des camions à chaque escale.

Cap sur le port de Pythagorion et retour à la civilisation avec le quai bordé de bars et restaurants et les avions qui nous survolent, mais malgré tout l’endroit ne manque pas de charme et c’est idéal pour les approvisionnements et l’accueil des invités.

J’ai beaucoup de peine à prévoir ce que nous allons faire ensuite, la météo est très instable, les prévisions changent et se contredisent régulièrement ce qui n’est pas favorable aux plans de navigation. Nous allons probablement naviguer sur de courtes distances afin de ne jamais être à plus d’une journée de mer d’un bon abri.

Retour en mer Egée
Commenter cet article
I
Nous confirmons, tout est vrai !!! 😉<br /> L’équipage du Bellisa
Répondre

À propos

Un blog pour que nos enfants, notre famille et nos amis puissent nous suivre lors de nos navigations